dans

Confinement et pornographie: le pic fantasmé de la consommation en France

Si certains sites adultes enregistrent de forts pics d’activité liés à des promotions exceptionnelles, la consommation de contenus pornographiques ne semble avoir augmenté que modérément depuis la mise en place du confinement.

Pendant le confinement, toutes les occupations domestiques ont connu un pic.

Certaines plus que d’autres ?

« Nous avons constaté des tendances extrêmement fortes à l’augmentation des activités de loisirs. Pour le porno, pour vous donner une idée, il a augmenté de 50% », a expliqué Cédric O, secrétaire d’Etat au numérique, le 27 mars sur Franceinfo.

Une augmentation de 50 % ?

Cependant, selon les informations recueillies par Le Monde, les Français ne sont pas soudainement devenus des consommateurs compulsifs de pornographie à cause du confinement.

Offres promotionnelles

Les propres chiffres de Pornhub, l’un des plus populaire sites adulte démontrent clairement que si la consommation augmentait, le chiffre se situerait plutôt autour de 20 %, une fois passé les premiers jours de confinement.

Une augmentation du trafic qui a conduit la direction de Pornhub, propriété du groupe MindGeek, à annoncer, mercredi 25 mars, avoir réduit la qualité technique des vidéos, « à la demande du gouvernement français », pour limiter l’utilisation de la bande passante dans le pays. Le communiqué concerne également YouPorn, un site porno très populaire appartenant à MindGeek.

Neuf jours plus tôt, Pornhub avait pourtant lancé, à la veille de la mise en place du confinement, une gigantesque opération promotionnelle, permettant aux Français d’accéder gratuitement, pendant un mois, à la partie habituellement payante du site. Pornhub avait fait la même chose en Italie un peu plus tôt, et a depuis étendu cette offre au monde entier. Ce qui provoque une augmentation globale du trafic, et collecte aussi beaucoup de données personnelles : le mois gratuit de l’offre « Premium » nécessite la création d’un compte sur Pornhub, et d’y laisser une adresse e-mail.

Les données de Google Trends, qui suivent l’évolution des requêtes tapées dans le moteur de recherche le plus utilisé en France, montrent cependant que les Français ne recherchent depuis le début du confinement qu’un peu plus de contenus pornographiques qu’auparavant. « Les gens pensent que le porno est en train d’exploser dans le monde. Mais ce que nous constatons, c’est qu’il y a eu très peu d’évolution », déclare l’un des principaux sites érotiques qui ne souhaite pas être identifié.

Le principal impact semble avoir été celui des opérations de marketing de plusieurs grands sites, qui ont proposé des promotions ou un accès gratuit.

Chez Marc Dorcel, leader historique du secteur, la décision a été prise de basculer sa plateforme vidéo en ligne et ses chaînes de télévision en accès temporairement gratuit le 17 mars dernier, les chiffres – que les tendances de Google confirment – ont grimpé en flèche : +40% sur les chaînes et 25 à 30% d’augmentation sur les sites de groupes.

« Il faut comparer ce qui est comparable. En temps normal, nos sites sont en accès totalement payant », reconnaît Grégory Dorcel, directeur de la société.

Du contenu consommé en couple

Contrairement aux autres opérateurs, Dorcel n’a pas été invité à diminuer la qualité de ses vidéos pour limiter la consommation de bande passante. Mais l’entreprise a reçu des questions du gouvernement sur la manière dont Dorcel empêcherait les mineurs de se connecter à ses services pendant cette période de gratuité. « Nous demandons un numéro de carte de crédit, sans aucun débit, pour servir de preuve de majorité ; nous sommes très attachés à la protection des mineurs », déclare M. Dorcel.

Le groupe constate également une évolution dans le profil de ses nouveaux membres : « La proportion d’abonnements pris par les femmes passe à 30%, en général nous sommes
autour de 12% maximum, et on voit aussi des évolutions dans la typologie des contenus consommés, qui évolue vers des blockbusters, des grands films avec de l’histoire. Ce qu’ils évoluent, ce sont des fantasmes partagés : nous consommons des contenus qui sont regardés en couple », estime M. Dorcel.

Jacquie et Michel

Chez Jacquie et Michel, un autre grand producteur français qui propose principalement des vidéos à caractère « amateur », la décision a été prise de proposer des vidéos gratuites à partir du 16 mars : la fréquentation a également augmenté.

Les différents sites du groupe enregistrent entre 30 et 40 % de trafic en plus, selon les tableaux d’audience que Le Monde a pu consulter, après un pic gigantesque entre le 16 et le 19 mars.

Plus surprenant encore, Jacquie et Michel Contact, le site de rencontres libertin du groupe, pourtant théoriquement peu utile en période de confinement, a également vu son trafic augmenter. « Nous nous sommes interrogés et sommes arrivés à la conclusion que l’aspect communautaire est très important en cette période », explique la société. « Nous l’avons remarqué avec JacquieetMichel.net, le site historique : les contributions photo et vidéo ont énormément augmenté et la messagerie interne du site a explosé. »

L’entreprise a annoncé le lancement d’un nouveau site communautaire, mercifans.com, dont le lancement était initialement prévu en mai.

Les publications « amateurs » en hausse

Les photos et vidéos érotiques vraiment « faites maison » ont également atteint un sommet dans d’autres sites, à commencer par le populaire subreddit r /gonewild, où les membres publient leurs photos. Il compte 2,6 millions d’abonnés.

Les statistiques du forum montrent que le nombre de photos publiées a augmenté d’environ 20 % depuis le début du confinement aux États-Unis par rapport aux mois précédents, sans pour autant battre de records.

Les publications ont également augmenté de près de 30 % dans la partie « Verified model » de Pornhub, où les acteurs et actrices professionnels, semi-professionnels et amateurs peuvent publier leurs vidéos.

Le confinement semble aussi légèrement stimuler le public des « camgirls », les animatrices de spectacles érotiques en ligne. « En effet, j’ai plus de monde chaque heure depuis le confinement », dit Alice, camgirl à temps partiel depuis six ans, et qui a « beaucoup de spectateurs réguliers ». « Aux heures normalement creuses, il y a plus de monde, en revanche, c’est compensé par tous les hommes qui sont séparés ou avec des enfants qui ne peuvent plus se connecter », explique-t-elle. « Je ne pense pas, à part le présentéisme régulier, que le confinement ait affecté mes revenus. Nous économisons surtout ! C’est pareil pour tout le monde… »

Certaines plateformes de vidéo érotique en direct ont également essayé de « surfer » sur le confinement. Une entreprise américaine a ainsi proposé une « offre spéciale », mieux payée, pour les employés de McDonald’s qui ont perdu leur emploi avec la fermeture des restaurants. Une opération marketing particulièrement cynique, dans un secteur qui en a vu d’autres. « Comment quelqu’un peut-il se dire sainement : »Hé, il y a du chômage technique chez McDonald’s, super, ça va faire des camarades », agace Alice. Les gens sont vraiment perchés. »

Écrit par RatMasqué

Le RatMasqué est un francophone qui travaille dans le monde adulte depuis des années et explore, pour son activité professionnelle et pour vous, ces méandres afin de vous donner les dernières actualités...souvent croustillantes !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

MindGeek (Pornhub, YouPorn) entre en guerre contre les sites pirates

Pourquoi le porno japonais est-il si fascinant?