dans

Un système de « face-matching » pour accéder à la pornographie sur Internet en Australie

Le gouvernement australien veut imposer aux éditeurs de sites pour adultes un dispositif de reconnaissance faciale qui serait basé sur les photos utilisées pour les cartes d’identité et les permis de conduire.

Le porno est dans la ligne de mire des autorités australiennes. Le ministère local de l’Intérieur veut exiger des éditeurs de plateformes pour adultes qu’ils adoptent un système d’identification biométrique pour vérifier l’âge des visiteurs. Cette proposition vient s’ajouter à un règlement en cours d’examen par les parlementaires australiens, qui veulent imposer un contrôle plus strict des sites pornographiques mais aussi des plateformes de jeux en ligne.

Pour vérifier l’âge des visiteurs, le ministère utiliserait ses propres bases de données, constituées de photos utilisées par les citoyens australiens lors de la création de leur carte d’identité ou de leur permis de conduire.

La police australienne et les services de police utilisent déjà des systèmes de vérification similaires pour prévenir la fraude et le vol d’identité.

« Cela pourrait aider à vérifier l’âge, par exemple en empêchant un mineur d’utiliser le permis de conduire de ses parents pour contourner les contrôles« , a déclaré le ministère de l’Intérieur dans une note au Parlement. Le débat fait rage entre les protecteurs des droits de l’enfant et les défenseurs de la vie privée.

La question de la vérification de l’âge est très débattue en Australie. D’une part, divers groupes religieux font activement campagne pour protéger les mineurs contre les contenus inappropriés. D’autre part, les défenseurs des libertés individuelles craignent pour la protection de la vie privée des utilisateurs et leur libre accès à la pornographie.

Il y a aussi la question de l’application. On imagine des sites pornographiques réticents à intégrer un tel dispositif qui perdrait une audience certes importante mais négligeable au niveau mondial. Ces plateformes sont généralement hébergées à l’étranger et on ne voit pas très bien comment l’Australie pourrait légalement imposer cette mesure.

Une disposition similaire avait été débattue en Grande-Bretagne il y a quelques mois avant d’être abandonnée au début d’octobre. Le gouvernement a succombé aux nombreuses difficultés pratiques d’application et surtout aux critiques qui l’accusent de vouloir constituer un grand fichier national recensant les adeptes des films pour adultes.

Écrit par RatMasqué

Le RatMasqué est un francophone qui travaille dans le monde adulte depuis des années et explore, pour son activité professionnelle et pour vous, ces méandres afin de vous donner les dernières actualités...souvent croustillantes !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

PayPal se retire de Pornhub, qui se dit « dévasté »

Pourquoi regarder du porno en couple?