dans

Interdire les sites pornographiques aux mineurs ? Impossible !

La nouvelle est tombée. Cette fois, c’est là, on ne rit plus, Macron a lancé un ultimatum clair et précis. A partir de six mois, le 20 novembre 2019, les fournisseurs d’accès Internet seront tenus de bloquer l’accès des mineurs aux sites pornographiques.

L’armée de fonctionnaires sera mise en mouvement (si je puis dire) pour les attaquer si jamais ces entreprises refusent de se soumettre à cette décision unilatérale de notre président de l’exécutif démocratique qui menace d’une mesure législative… (cherchez les erreurs) !

Qu’est-ce que la pornographie ? Par où commencer ? D’abord par une définition. Je sens que nous allons beaucoup rire pour définir la pornographie.

Arrêtons-nous à la nudité ! Une femme nue, jambes écartées, est-elle de la pornographie ? Si oui, L’Origine du monde est-elle une œuvre pornographique ? La pornographie concerne-t-elle seulement des photos et des films ou aussi des dessins animés ? Qu’en est-il du Hentai japonais ? Qu’en est-il du sexe masculin ? Un pénis ou une érection flasque, est-ce plus ou moins pornographique ? Le film de 1986 “Le diable dans le corps” est-il acceptable ? La pornographie décrite textuellement est-elle acceptable ? Qu’en est-il du Marquis de Sade ou de la collection Les Mille et Une Nuits ? Nous n’avons pas fini de parler du sexe des anges en évoquant le sexe des autres.

Cela peut sembler anecdotique, mais c’est en fait crucial : selon la définition adoptée de la pornographie, il y aura soit une interdiction digne de la pudeur victorienne, soit un texte vide qui ne changera finalement pas grand chose.

Ne pas considérer qu’il sera difficile de distinguer entre la pornographie et l’érotisme est la preuve que cette mesure est absolument irréfléchie. Pour rappel, sur les murs de Pompéi, des fresques représentent des scènes parfaitement dignes de Rocco Siffredi et de ses petites amies (pour rester dans une thématique italienne).

Le plus grand danger est bien sûr un texte évasif sujet à interprétation qui permettra de juger tout le monde à la tête du client et selon l’humeur du juge. Une loi très française en somme.

Prouvez votre âge

Passons à l’idée d’un blocage qui obligera les adultes à prouver leur âge avant de pouvoir visiter le site.

Quelle sera la procédure ? Pour être efficace, un tel blocage doit être nominal. Comment garantir la sécurité des données des personnes qui souhaitent consulter ? Ferons-nous confiance à la technologie dont on entend dire chaque jour qu’elle est piratée pour des raisons de chantage frauduleux, de revente de données et autres ?

Serons-nous fiers des super-héros dont la probité est incontestable (j’ai nommé les super-héros Saiyans fonctionnaires de la république) ? Et bien non ! Pour vous, il ne s’agira pas de faire confiance à qui que ce soit, mais simplement d’accepter la soumission à la fonction publique.

Vous ne pouvez pas imaginer que vous aurez une voix ! Enfin, sur papier… Cette taxe sera utilisée en premier lieu pour payer les fonctionnaires qui feront des rapports à la chaîne sur la pornographie enfantine, ce qui ne changera rien à ce qui se passe ; mais ils auront pris de l’argent, et auront créer des postes supplémentaires de fonctionnaires. Ensuite, quand on verra que rien n’a changé, les taxes seront augmentées et transformées en mesures punitives qui ne feront que gonfler le budget de l’État.

Où la pornographie est-elle interdite en ce moment ? Par exemple, nous pouvons citer toutes les dictatures islamiques et les régimes communistes totalitaires, sans exception. Du Bangladesh au Pakistan en passant par l’Arabie Saoudite, l’Iran aux Émirats arabes unis, etc.

La Chine communiste, la Corée du Nord, le Venezuela ont tous des lois très strictes sur l’interdiction de la pornographie. Et en tout cas, cela ne fonctionne pas. Il y a de la pornographie très hard à Pyong Yang…

Mais ce n’est que pour interdire les mineurs… Est-il inimaginable qu’un enfant de 14 ans, motivé par une puissante poussée d’hormones, puisse utiliser un serveur proxy pour télécharger de la pornographie comme il le fait déjà pour télécharger des séries ? L’échec flagrant de l’Hadopi ne suffit-il pas à démontrer la nullité extrême des mesures drastiques dans ce domaine ? La vérité est que quiconque s’intéresse vraiment au sujet doit admettre qu’il ne sera pas vraiment possible de prévenir la pornographie de manière sélective, puisque même les pays qui pratiquent l’interdiction généralisée ne parviennent pas à l’interdire entièrement.

Celui qui veut de la pornographie trouvera.

Au collège, à mon époque, il était déjà impossible d’empêcher l’échange de cassettes VHS de gros pornographie sous le manteau. Alors dire immédiatement qu’un flux numérique intangible passera encore plus facilement entre les mailles du filet. Un peu de procuration et hop : fini la loi française et bienvenue à la villa de Marc Dorcel.

Protéger nos enfants

Là, les différents autoritaires et les différentes personnes bien-pensantes, en larmes pour les uns, en colère pour les autres, vont taper du poing sur la table, les yeux remplis de larmes pour me lancer l’invincible et insurpassable argument de la mère en colère : “Mais, renifle, as-tu pensé aux enfants ? Je pense aux enfants… Et s’il y a une institution en laquelle je n’ai pas confiance pour les protéger, c’est bien le système politico-judiciaire.

On ne m’a jamais expliqué de façon convaincante pourquoi les armées de bureaucrates qui créent le chômage, l’endettement, la faillite des entreprises, la criminalité, le gaspillage de l’argent public et les lois liberticides, seraient mieux à même de protéger les enfants que leurs propres parents.

C’est le travail des géniteurs, ou des tuteurs, non seulement de restreindre l’accès à Internet comme ils l’entendent, mais aussi de préparer mentalement leurs enfants à l’inévitable : la pornographie existe non seulement en vidéo mais aussi en littérature et surtout dans l’esprit des humains qui pensent beaucoup au sexe, que cela nous plaise ou non.

De plus, les enfants ne constituent pas une masse homogène. Bien qu’ils ne soient pas pénalement responsables, ce sont des individus et non du bétail. Certains auront besoin de plus de protection. D’autres auront du mal à savoir qu’ils sont constamment snobés pour des actes qu’ils n’ont même pas l’intention de commettre. Et d’autres encore verront des films pornographiques avec une bonne compréhension de ce qui s’y passe, tout en préférant le sport ou les études.

Certains seront fascinés, il y aura ceux qui questionneront, ceux qui auront peur, et ceux qui seront choqués… Il sera probablement judicieux de faire différemment avec chacun d’entre eux. Je ne sais pas exactement ce qu’il faut faire pour les enfants.

D’autre part, ce qu’il faut faire n’est certainement pas le même d’un enfant à l’autre, ni même d’un parent à l’autre. L’éducation est une relation bilatérale parents/enfants. Vouloir légiférer sur ce sujet, au-delà de la violence physique, c’est s’aventurer sur un terrain glissant.

Ce n’est sûrement pas le gouvernement qui trouvera la solution miracle adaptée à tous.

Si je sais peu de choses sur ce qu’il faut faire pour tous les enfants, je sais aussi que ceux qui le prétendent ont tord.

Écrit par RatMasqué

Le RatMasqué est un francophone qui travaille dans le monde adulte depuis des années et explore, pour son activité professionnelle et pour vous, ces méandres afin de vous donner les dernières actualités...souvent croustillantes !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Qui est ce mystérieux Français à la tête des deux sites pornographiques les plus visités au monde ?

Le Porno Sonore [Explications + Découverte]