dans ,

Le marché des sous-vêtements portés en plein essor

Snif, snif, ca sent drôle par ici, non ?

Vous en avez peut-être déjà entendu parler, le marché des sous-vêtements portés connait actuellement un grand essor. Il convient tout d’abord de rappeler ce qu’est que ce business. Il s’agit pour une personne de vendre sa lingerie qu’elle a porté.

Cela peut être les culottes ou encore des sous-vêtements mais aussi des bas comme des chaussettes et des collants. Cette pratique n’est pas nouvelle, car elle existe au Japon depuis le début des années 2000.

Néanmoins, en France et plus généralement en Occident, elle restait jusqu’ici assez peu connue. Mais force est de constater que depuis quelques années, de plus en plus de personnes se sont mises à cette pratique. Il n’est désormais plus rare d’avoir comme connaissances des personnes qui ont déjà vendu leurs sous-vêtements ou tout du moins qui en ont l’idée.

De plus en plus de plateformes pour acheter et vendre

Il y a quelques années, quand cette pratique a commencé à se faire connaitre, les personnes qui voulaient vendre leurs sous-vêtements passaient par des sites internet comme eBay, Wannonce ou encore Le Bon Coin. Cependant, les plateformes en question ont durci leur règlement, ce qui fait que ce type d’annonce n’est plus autorisé.

Partant de ce constat, des personnes ont donc voulu répondre à cette demande et ont créé des plateformes spécialement dédiées à la vente des sous-vêtements portés et autres objets de ce genre.

Il y a une nouvelle plateforme qui propose cela. Son nom est Panty-Place et propose aux femmes de proposer gratuitement leurs produits. L’inscription se fait rapidement et les femmes peuvent personnaliser leur boutique comme bon leur semble. Les hommes peuvent s’inscrire pour effectuer leurs achats et utiliser le système de messagerie pour discuter avec les filles dont les produits les intéressent.

Mais quels intérêts ont les femmes à vendre leurs sous-vêtements ? L’intérêt le plus évident de prime abord est un intérêt financier. Et pour cause, le prix moyen pour une culotte sale se situe entre 20 et 25 euros.

Ainsi, une fille qui vend une dizaine de culottes par mois peut arriver à se faire un complément revenu. Pour les plus assidues et celles qui proposent plus d’objets et notamment des objets beaucoup demandés, il est possible de tirer un véritable salaire de cette activité.

Bien entendu, plus les objets seront originaux et plus il sera possible de gagner de l’argent.

Il y a un autre intérêt, c’est le côté « amusant » et excitant de la pratique. Beaucoup de femmes aiment partager leurs odeurs corporelles et grâce à cette pratique elles ont la possibilité de le faire.

Beaucoup d’hommes sont donc demandeurs de vêtements ayant été portés par une femme. Et ce qu’il y a de bien est qu’il y a autant d’objets que de femme.

Chacune va proposer ses propres objets avec leurs propres odeurs. Ainsi, un homme qui cherche une odeur plus ou moins prononcée trouvera forcément une femme pour répondre à sa demande.

Il y a aussi des hommes qui sont excités à l’idée de servir une femme et lui donner son argent. On appelle cette relation moneyslave/moneymiss, et elle est de plus en plus courante à en juger les réseaux sociaux comme Twitter.

Sur les plateformes dédiées à l’achat et vente de sous-vêtements utilisés, on trouve non seulement des femmes qui souhaitent uniquement s’en tenir à la vente mais aussi des dominatrices qui recherchent à tisser de véritables relations avec des hommes soumis.

Et il y a de nombreux profils de dominatrices. Il y a celles qui sont expérimentées et qui pratiquent depuis des années et il a celles qui débutent.

Il est fort à parier que cette pratique va continuer de se développer, tant elle fait de plus en plus parler d’elle sur Internet et notamment sur les forums. Beaucoup trouvent cette pratique pour le moins particulière mais force est de constater qu’elle gagner en popularité au fil des années.

 

En conclusion, la pratique de la vente de sous-vêtements utilisés est de plus en plus à la mode et beaucoup de personnes, d’abord par curiosité puis par envie, se renseignent et franchissent le pas. N’hésitez pas à nous dire ce que vous pensez de cette pratique et si vous avez-vous aussi franchi le pas.

Écrit par RatMasqué

Le RatMasqué est un francophone qui travaille dans le monde adulte depuis des années et explore, pour son activité professionnelle et pour vous, ces méandres afin de vous donner les dernières actualités...souvent croustillantes !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

« J’ai été victime d’un porn revenge. Depuis, ma vie est un enfer »

Surmonter la peur du rejet